Cadre environnemental

Fam fo centre pour handicapés

  • Implantation

Le Centre les Bruyères est implanté dans le département du Cantal, au lieu dit «La Devèze» sur la commune de Paulhenc, à 12 kms de Pierrefort, 40 kms de St Flour (d’où l’on rejoint l’autoroute A 75) et 55 kms d’Aurillac. Egalement à proximité du département de l’Aveyron, le Centre se situe au bord du lac de Sarrans.
Excentré, certes par rapport au département, le centre jouit d’un cadre naturel exceptionnel. Cette situation est liée sans aucun doute à l’histoire de l’établissement et de l’association, mais se caractérise aussi d’une époque où il était préférable de mettre à l’écart les «incurables» selon la terminologie employée alors.

L’évolution du Centre les Bruyères a vu son extension sur la commune de Pierrefort en 1995 et en 2000 dans les locaux de l’ancienne école privée, et rénovés pour la circonstance.

  • L’environnement local

Le lieu dit La Devèze se situe en pleine nature, face au lac artificiel créé par la retenue d’eau du barrage hydroélectrique EDF de Sarrans ; face à la presqu’île de Laussac (12), lieu touristique. A La Devèze, il n’y a pas d’autres habitations ni commerces en dehors du Centre les Bruyères lui-même.
La commune de Paulhenc (283 habitants) a pour seul commerce, un café-restaurant-épicerie et quelques artisans (carreleur, maçon, menuisier…)
La commune de Pierrefort (998 habitants), chef lieu de canton, permet de trouver tout ce qui est nécessaire en matière de commerce (boulangerie, boucherie, charcuterie, épicerie, fleuriste, papeterie-presse, pharmacie, coiffeurs, habillement, bars, hôtel, restaurant…), de services (école, collège, poste, banque, bibliothèque, médecins, dentiste, vétérinaire, assureur, service de soins à domicile, infirmières libérales, maison de retraite, centre de cérébro-lésés (FAM),…), et le marché une fois par semaine.

Le tissu économique local, essentiellement rural est composé de nombreuses exploitations agricoles, d’artisans et de commerçants.
Le Centre les Bruyères est fortement intégré dans cet environnement économique et social, non seulement en tant qu’employeur, mais aussi par l’intégration dans ces communes et les communes voisines de l’Aveyron (Thérondels, Brommat, Mur de Barrez) au niveau des achats du Centre lui-même et des achats ou participation de nos résidents dans les commerces locaux, les lieux de culte, les clubs ou associations, les piscines, centre de remise en forme, esthétique…

  • Choix architecturaux

A la Devèze

En 1987, une restructuration s’est avérée indispensable tant par mesure de sécurité que pour permettre aux personnes devenues adultes de bénéficier de conditions de vie plus adéquates. L’architecture ancienne stigmatisait le handicap (grilles aux fenêtres, enceinte fermée de l’établissement sans possibilité de libre circulation, logement collectif en dortoirs de 40 personnes …), il était donc nécessaire de rénover tant l’intérieur, que l’extérieur pour que le site devienne agréable et accueillant tel que nous le connaissons aujourd’hui.
Les choix architecturaux ont été pensés pour offrir aux résidents des lieux d’apaisement, de calme mais aussi des lieux d’activités, des lieux qui respectent leur besoin d’isolement et des lieux qui privilégient la rencontre avec l’autre ; des lieux où les résidents se sentent en sécurité, mais des lieux ouverts qui permettent l’invitation, le passage.

L’établissement fonctionne en unités de vie de 8 à 15 personnes. Ce choix a été dicté par la volonté de préserver un aspect « familial », de favoriser la vie en petits groupes pour que les personnes s’y sentent bien, sécurisées et « chez elles ». Chaque unité est indépendante des autres dans son organisation.
Le bâtiment central comprend 5 unités de vie réparties sur 4 étages et desservies par des ascenseurs ; les bâtiments extérieurs : 2 unités de vie, l’une sur 2 étages, l’autre sur 3 étages. Chaque unité de vie est personnalisée. Elle dispose de chambres doubles ou individuelles avec salle d’eau et WC privatifs, d’une salle de bain collective, d’une salle à manger équipée d’une petite cuisine, d’un ou 2 salons. Chaque unité de vie dispose aussi d’un espace extérieur avec salon de jardin, terrasse ou espace vert que chacun agrémente selon son souhait. Chaque unité a son atelier. Un projet architectural d’envergure est en cours d’instruction pour mettre en adéquation les prises en charges et les accompagnements respectifs des résidents des trois secteurs (SA, FO, FAM). Ce projet est décliné à la fin de cette première partie.
Le service d’accompagnement dispose d’un bureau, une salle à manger et un salon au rez-de-chaussée pour les espaces communs ; de 2 appartements de 2 personnes et de 4 studios dans les étages pour les espaces privatifs.

Le centre possède également un bassin aquatique (hydrothérapie), une salle polyvalente utilisée pour différentes manifestations festives ou pour les activités motrices et sportives, une salle de relaxation, une salle d’esthétique, d’autres salles d’atelier : atelier couture, atelier d’expression cognitive (expression orale autour de l’actualité, expression écrite, maintien des acquis, bibliothèque, vidéothèque…), atelier de création manuelle (perles, laine, collage, dessin, peinture…), atelier nature (serre, plantations, semis ..), atelier « espaces verts ».

Au sein du centre, la chapelle est un lieu de ressourcement pour les résidents et maintient un lien avec le passé.

Des lieux de rencontre ont été aménagés pour les résidents au rez-de-chaussée : un salon autour d’un distributeur à boissons chaudes ou fraîches ; un bar dans une salle qui sert de lieu d’exposition, un point phone.

Au niveau des services généraux, le centre dispose d’une cuisine avec un espace self service, d’une lingerie, d’un atelier d’entretien, d’un garage pour les véhicules, de bureaux pour les services administratifs, économat et direction, de salles de réunion, d’une salle de soins et infirmerie.

Toute une partie du bâtiment est réservé à «l’accueil» : salle à manger pour le personnel, mais surtout salle à manger et chambres pour les familles qui viennent rendre visite aux résidents. L’idée sous-jacente est de donner la possibilité au résident de recevoir « chez lui » sa famille.

A Pierrefort

Une extension sur Pierrefort pour une unité de foyer occupationnel s’est concrétisée en 1995 et pour une unité d’handicapés vieillissants en 2000 dans les anciens locaux de l’école privée. Le projet de ces unités est de vivre dans une semi autonomie .
La commune de Pierrefort offre aux résidents qui y vivent divers services et commerces, décrits plus haut.
La première unité est composée de 2 appartements pour 2 personnes et 3 appartements individuels dont un qui peut accueillir une personne en fauteuil et 2 studios. Au rez-de-chaussée se trouve une salle conviviale avec un coin cuisine et cheminée/cantou.
La seconde unité dispose au rez-de-chaussée : d’une salle d’atelier, une salle polyvalente, un oratoire, et dans les 2 étages desservis par un ascenseur des studios individuels ; au premier étage une salle à manger commune avec coin cuisine.

Des résidents du service d’accompagnement sont également logés en ville : 3 appartements de 2 personnes et 2 appartements individuels.

Un service quotidien de transports vers La Devèze est assuré matin et soir par une société privée, pour les résidents du foyer et du service d’accompagnement (excepté le week-end) qui ont une activité de jour au centre.

  • Projet architectural

Les bâtiments, dont la construction s’étale de la fin du XIX ème siècle jusque dans les années 1950, ont fait l’objet d’une première restructuration en 1987 (CF historique page 12).
Un nouveau projet architectural est instruit afin de proposer à chaque résident :

une chambre individuelle assortie de sanitaires adaptés
des lieux de vie adaptés

En effet, le nombre important de chambres à deux lits introduit des difficultés de cohabitation auprès des résidents accueillis. Aussi, les chambres individuelles permettront désormais de leur offrir une vie harmonieuse et un respect de leur intimité au sein de l’établissement.

Le projet architectural permettra également de créer des espaces de vie communautaire et de soins dans chaque unité. Ainsi la restructuration des bâtiments permettra une réorganisation en petites unités de vie (accueil de 10 résidents par unité au lieu de 15 actuellement) adaptées aux pathologies des résidents.

La conception de ces unités permettra d’améliorer les espaces de vie communautaire : cuisine aménagée, salle à manger, salon, et des chambres individuelles équipées de salle de bain. Les locaux sont prévus vastes et accessibles et permettront d’y maintenir une vie de « maisonnée ».